Emmerdare humanum est (1/2)

J’abhorre de plus en plus ces soirées obligées où se réunissent pêle-mêle des connaissances d’amis d’amis. Je m’y suis pourtant encore tout récemment laissé prendre. Ayant déjà beaucoup de mal à tenir une conversation avec mes proches, vous imaginez sans peine où se situait a priori dans l’échelle de mon intérêt ma rencontre du jour : le collègue d’open-space du mari de la compère de Pilates de ma sœur. Ledit collègue est de plus féru de philosophie, il lit BHL. Joie.

Je ne lui tenais pas rigueur de ses goûts littéraires : ne connaissant aucunement l’œuvre de monsieur HL, je n’en tirais aucune conclusion. Je ne lui en voulais pas non plus de s’être accroché à mes basques alors que je n’aspirais qu’à descendre paisiblement des flûtes de champagne tout en passant les premiers niveaux d’un Candy Crush fraîchement téléchargé.

Notez qu’entre une première expérience de blogging et des réseaux sociaux avec la création de Sans Echo et des comptes Facebook / Twitter associés et la découverte d’un Candy Crush, mes trente ans marquent une entrée résolue dans la modernité.

La moutarde commença à me monter au nez à la troisième interruption alors qu’il se lança dans la conversation apparemment destinée à sceller notre rapprochement intellectuel :

— Je suis étudiant en philosophie.

— …

— Et donc comme ça tu es docteur en philosophie ?

Quel était donc l’enfoiré qui s’était permis de lui balancer ce genre d’informations ? Il avait certainement dû abattre son joker pour se débarrasser de notre Aristote des familles mais un peu de solidarité amicale aurait tout de même pu prévaloir. A moins qu’on ne m’ait voulu du mal ?

Accaparé par la découverte de la gélatine au niveau 6, je n’eus pas la présence d’esprit de sourire benoitement et de prendre la poudre d’escampette. Je me contentai donc d’un basique borborygme d’acquiescement.

Bien que l’univers soit constitué d’une infinité de variations, de potentialités, il est bon de pourvoir compter sur quelques impondérables. Le toast en chute libre rencontrant la moquette du côté tartiné, la vieille réquisitionnant la place chèrement acquise dans le bus en vous fouettant sa carte d’infirme au visage, la file d’attente au Super U pourtant soigneusement choisie se révélant constituée de déficients moteurs, la question fatidique quand mon interlocuteur semble s’intéresser à mon pedigree :

— Quel en est le sujet ?

La suite…

Laisser un commentaire