A propos

J’ai toujours redouté l’instant où je me retrouverais dans une incapacité totale à dire quoi que ce soit.

Je n’ai jamais été bien prolixe, ne trouvant intérêt ni dans la futilité ni dans la gravité. Ce sentiment ronge même mes relations les plus proches : j’ai de moins en moins à dire et à écouter. L’ennui, ce démon, grandit imperceptiblement et s’ancre peu à peu dans les tréfonds de mon cœur.

Me taraude toutefois depuis toujours, en parallèle de la hantise ne plus rien avoir à dire du tout, une envie démesurée de créer, de parler. Formulé autrement : j’ai besoin de dire quelque chose mais je ne trouve pas quoi. Les exemples foisonnent pourtant : je pourrais vous écrire une épopée, une fiction historique, je pourrais vous conter l’amour, le sexe, la violence, la passion… il y a tant à montrer. Et quel talent pour le faire chez certains. Alors ?

Rien que je ne puisse sortir, un vide accompagné de l’atroce sentiment d’être dénué du talent dont je rêverais : les histoires, je ne sais pas les raconter. Comme si le foutu démon m’empêchait même de concevoir quoi que ce soit d’intéressant, de construire des personnages, d’imaginer leur profondeur, leurs émotions, leur vie.

Tout n’est cependant pas à taire. Une vaste majorité l’est indéniablement mais quelques éclats et résurgences continuent heureusement de briller dans un coin de mon âme et ne demandent qu’à être polis.

Je voudrais tant vous écrire. J’aimerais tant créer et changer.

Pour les quelques éclats que j’arrive toujours à discerner dans l’obscurité.