Et après ?

Plus d’un mois sans savoir quoi écrire. Et rien n’est revenu. Le passage au multilingue du mois dernier aura, semble-t-il, été fatal à Sans Echo. A moins qu’il ne s’agisse de mon vieux compère démoniaque dont je vous entretenais dans mon premier billet.

« J’ai toujours redouté l’instant où je me retrouverais dans une incapacité totale à dire quoi que ce soit. »

Lire plus